Impôt foncier en Espagne

Grâce à son climat chaud, à ses infrastructures et à son industrie développées, l’Espagne est un endroit extrêmement attrayant pour vivre et faire des affaires. En raison de ces avantages, de nombreux citoyens envisagent d’acheter leur propre propriété dans ce pays - résidentielle ou commerciale. L’État offre cette possibilité non seulement aux citoyens du pays, mais aussi aux étrangers, mais les acheteurs potentiels doivent calculer soigneusement tous les coûts. Il s’agit de la valeur de la propriété elle-même et de l’impôt foncier en Espagne, appelé IBI.

Fiscalité de l’immobilier en Espagne

Ce type de frais fiscaux est prélevé sur la personne qui est propriétaire du bien à compter du 1er janvier de l’année de déclaration. Les résidents (personnes qui vivent en Espagne de manière permanente) et les non-résidents peuvent agir en tant que contribuables, mais le taux d’imposition pour eux est très différent (les non-résidents devront payer plus). Selon les lois en vigueur dans ce pays, le taux d’imposition varie de 0,4 à 1,1% de la valeur cadastrale du logement. Il convient de préciser que le prix cadastral est beaucoup plus bas que le prix du marché, de sorte que le montant des déductions fiscales est relativement faible (surtout si vous le comparez avec d’autres pays européens).

 

Taxe d’achat de biens immobiliers

Le montant que vous devrez payer dépend du type de transaction avec une propriété résidentielle ou commerciale. L’opération la plus courante est l’achat d’une maison ou d’un appartement en Espagne, auquel cas le propriétaire devra payer 2 taxes sur l’achat d’un bien immobilier en Espagne. L’un d’eux est l’équivalent local de la TVA russe, qui représente 10 % du coût. Les acheteurs de mètres carrés dans ce pays sont également facturés un droit de timbre, dont la taille, selon le facteur régional, varie de 0,5 à 1,5%.

Il est à noter que lors de l’achat d’un bien immobilier sur le marché secondaire, le propriétaire doit s’acquitter d’une taxe de transfert de propriété (ITP), dont le montant est de 6 à 10%. Dans ce cas, le facteur régional est également pris en compte. À titre de confirmation, nous pouvons citer la taille du pari dans différentes régions du pays :

  • Valence – 10 % ;
  • Îles Canaries -6,5% ;
  • Madrid – 6 % ;
  • Catalogne – 10%.

Afin de ne pas vous tromper dans le calcul du montant, vous pouvez faire appel aux services de consultants.

Les déductions ci-dessus concernent l’achat d’une maison au comptant, mais comme les mètres carrés dans ce pays ne sont pas bon marché, la plupart des acheteurs doivent contracter un prêt hypothécaire. L’acheteur d’une maison qui a un prêt hypothécaire doit faire face aux paiements suivants :

  • Le droit de timbre (AJD, IAJD) est perçu à la conclusion du contrat hypothécaire, les frais sont de 0,1 à 2%.
  • Évaluation indépendante de la valeur de la propriété – en moyenne, le montant du paiement est de 200 à 500 euros.
  • Frais d’enregistrement et de notaire – le montant de ce paiement dépend du montant du prêt.
  • Assurance – cette clause est obligatoire.

Il est à noter que la prime d’assurance est versée directement à la banque, qui sert d’intermédiaire entre l’emprunteur et l’assureur.

 

Taxes sur la vente de biens immobiliers

Si vous êtes propriétaire d’une maison, d’un appartement ou d’une maison, vous devrez peut-être vendre la propriété. Les citoyens ordinaires et les promoteurs peuvent vendre des mètres carrés. Cependant, ni l’un ni l’autre n’a besoin de payer l’équivalent local de la TVA, ainsi que la taxe sur le transfert de propriété. Cependant, cela ne signifie pas que les vendeurs sont complètement exemptés de la charge fiscale.

La vente de mètres carrés en Espagne implique un paiement obligatoire des plus-values. Il s’agit de déductions pour la différence entre les prix de vente et d’achat, le montant de la déduction est de 19 à 24% des gains en capital. Le montant exact de la mise dépend de la différence entre le prix d’achat et le prix de vente :

  • jusqu’à 6 000 euros – 19% ;
  • de 6 à 50 mille euros – 21% ;
  • plus de 50 mille euros – 24%.

Il est à noter que lors de la vente d’un bien immobilier, 3 % sont retenus par défaut auprès des non-résidents pour couvrir les plus-values. 

 

Quelles taxes le propriétaire paie-t-il ?

La charge fiscale n’est pas seulement prévue pour l’achat et la vente, des déductions doivent également être effectuées par les propriétaires de mètres carrés.

Ils doivent notamment s’acquitter d’une redevance municipale annuelle. Son taux est déterminé par les autorités locales, le montant des déductions dépend également de la valeur cadastrale du bien. Cette taxe est de 0,4 à 1,1 %.

Si vous avez déjà votre propre logement, vous pouvez gagner beaucoup d’argent grâce au loyer, mais vous devez comprendre que la location d’un logement en Espagne implique également des déductions fiscales. Pour les non-résidents, cette taxe est de 24 % et pour les résidents, elle est de 19 %. Veuillez noter qu’il est prélevé sur les revenus locatifs, après déduction des frais d’entretien (charges, frais d’entretien des ascenseurs, piscine, espace vert).

Que se passe-t-il si vous ne payez pas d’impôts ?

Au total, c’est un montant assez impressionnant qui s’accumule, de sorte que certains propriétaires ont le désir d’économiser de l’argent en ne payant pas d’impôts. Il vaut la peine de mettre en garde contre cela tout de suite, car des mesures sévères seront immédiatement appliquées au contrevenant. En particulier, pour non-paiement des impôts, le contrevenant s’expose à une lourde amende. La municipalité peut récupérer le montant manquant devant les tribunaux en bloquant la carte bancaire du propriétaire, en outre, l’autorité judiciaire peut interdire au contribuable d’effectuer des transactions pour l’achat et la vente de biens immobiliers en Espagne.

Si la dette est trop importante, la propriété peut être retirée au propriétaire au profit de la municipalité. C’est-à-dire que vous ne pourrez pas économiser de l’argent en ne payant pas d’impôts, vous ne perdrez que votre propriété. D’autre part, les contribuables disciplinés peuvent compter sur un bon bénéfice non seulement en raison des revenus locatifs, mais aussi en raison de la croissance du coût des mètres carrés (l’immobilier en Espagne est considéré comme un actif liquide, c’est pourquoi il est souvent acheté à des fins d’investissement). Afin d’obtenir le maximum de profit avec un minimum de coûts, il est recommandé de contacter des spécialistes qui vous conseilleront sur les spécificités de la législation fiscale de cet État.

Notre site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur. En utilisant le site Web, vous confirmez que vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité.   Apprendre encore plus